Calendrier

« Mai 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

OSV

Le Blog du Philosophe-Voyou

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Frédéric Nietzsche - Par-delà le bien et le mal

Par OSV :: 12/06/2010 à 2:44 :: Bibliothèque

« Dis-moi quelle est ta bibliothèque, et je te dirai qui tu es. » Partant de ce lieu commun, entreprenons de dessiner la bibliothèque idéale du philosophe-voyou. De « la littérature populaire » aux écrivains empléiadés, livrons ainsi aux apprentis philosophe-voyou toutes les nourritures terrestres nécessaires pour s’alimenter dans un univers où, en France seulement, trois cent livres paraissent chaque jour. Difficile, dans ces conditions, de savoir ce qui mérite d’être lu. Il nous faut donc développer envers le livre la même attitude qu’envers l’humain. Parier sur la rencontre. Miser sur l’amitié. Postuler sur le sort. Et, ipso facto, désigner ses amis, morts ou vivants. Montrer du doigt ses ennemis – en creux. Par symétrie. « La bibliothèque devrait être le lieu le plus secret d’une demeure. Celui qui ouvre sur tous les passages secrets. Sur un monde de l’opposition et de la résistance. »

Voici la Famille de pensée du philosophe-voyou.

------------------------------------------------

Par-delà le bien et le mal

 

SADE – « La philosophie dans le boudoir »

Par OSV :: 26/05/2008 à 0:00 :: Bibliothèque



« Dis-moi quelle est ta bibliothèque, et je te dirai qui tu es. »

 

Partant de ce lieu commun, entreprenons de dessiner la bibliothèque idéale du philosophe-voyou.

 

De « la littérature populaire » aux écrivains empléiadés, livrons ainsi aux apprentis philosophe-voyou toutes les nourritures terrestres nécessaires pour  s’alimenter dans un univers où, en France seulement, trois cent livres paraissent chaque jour.

 

Difficile, dans ces conditions, de savoir ce qui mérite d’être lu. Il nous faut donc développer envers le livre la même attitude qu’envers l’humain.

 

Parier sur la  rencontre. Miser sur l’amitié. Postuler sur le sort. Et, ipso facto, désigner ses amis, morts ou vivants. Montrer du doigt ses ennemis – en creux. Par symétrie.

 

« La bibliothèque devrait être le lieu le plus secret d’une demeure. Celui qui ouvre sur tous les passages secrets. Sur un monde de l’opposition et de la résistance. »

 

Voici la Famille de pensée du philosophe-voyou.


------------------------------------------------


XVIII ème siècle – Littérature française – SADE – « La philosophie dans le boudoir »

 

 

 

       Loin de nous, Eugénie, les vertus qui ne font que des ingrats! Mais ne t'y trompe point d'ailleurs, ma charmante amie: la bienfaisance est bien plutôt un vice de l'orgueil qu'une véritable vertu de l'âme; c'est par ostentation qu'on soulage ses semblables, jamais dans la seule vue de faire une bonne action; on serait bien fâché que l'aumône qu'on vient de faire n'eût pas toute la publicité possible. Ne t'imagine pas non plus, Eugénie, que cette action ait d'aussi bon effets qu'on se l'imagine: je ne l'envisage, moi, que comme la plus grande de toutes les duperies; elle accoutume le pauvre à des secours qui détériorent son énergie; il ne travaille plus quand il s'attend à vos charités, et devient, dès qu'elles lui manquent, un voleur ou un assassin. J'entends de toutes parts demander les moyens de supprimer la mendicité, et l'on fait, pendant ce temps-là, tout ce qu'on peut pour la multiplier. Voulez-vous ne pas avoir de mouches dans votre chambre? N'y répandez pas de sucre pour les attirer. Voulez-vous ne pas avoir de pauvres en France? Ne distribuez aucune aumône, et supprimez surtout vos maisons de charité. L'individu né dans l'infortune, se voyant alors privé de ces ressources dangereuses, emploiera tout le courage, tous les moyens qu'il aura reçus de la nature, pour se tirer de l'état où il est né; il ne vous importunera plus. Détruisez, renversez sans aucune pitié ces détestables maisons où vous avez l'effronterie de receler les fruits du libertinage de ce pauvre, cloaques épouvantables vomissant chaque jour dans la société un essaim dégoûtant de ces nouvelles créatures, qui n'ont d'espoir que dans votre bourse. A quoi sert-il, je le demande, que l'on conserve de tels individus avec tant de soin? A-t-on peur que la France ne se dépeuple? Ah! n'ayons jamais cette crainte.


      Un des premiers vices de ce gouvernement consiste dans une population beaucoup trop nombreuse, et il s'en faut bien que de tels superflus soient des richesses pour l'État. Ces êtres surnuméraires sont comme des branches parasites qui, ne vivant qu'aux dépens du tronc, finissent toujours par l'exténuer. Souvenez-vous que toutes les fois que, dans un gouvernement quelconque, la population sera supérieure aux moyens de l'existence, ce gouvernement languira. Examinez bien la France, vous verrez que c'est ce qu'elle vous offre. Qu'en résulte-t-il? On le voit. Le Chinois, plus sage que nous, se garde bien de se laisser dominer ainsi par une population trop abondante. Point d'asile pour les fruits honteux de sa débauche: on abandonne ces affreux résultats comme les suites d'une digestion. Point de maisons pour la pauvreté: on ne la connaît point en Chine. Là, tout le monde travaille: là, tout le monde est heureux; rien n'altère l'énergie du pauvre, et chacun y peut dire, comme Néron: Quid est pauper?

 


 


Bibliothèque : De la désobéissance civile - H-D Thoreau

Par OSV :: 21/04/2008 à 2:02 :: Bibliothèque

 

 

« Dis-moi quelle est ta bibliothèque, et je te dirai qui tu es. »

 

Partant de ce lieu commun, entreprenons de dessiner la bibliothèque idéale du philosophe-voyou.

 

De « la littérature populaire » aux écrivains empléiadés, livrons ainsi aux apprentis philosophe-voyou toutes les nourritures terrestres nécessaires pour  s’alimenter dans un univers où, en France seulement, trois cent livres paraissent chaque jour.

 

Difficile, dans ces conditions, de savoir ce qui mérite d’être lu. Il nous faut donc développer envers le livre la même attitude qu’envers l’humain.

 

Parier sur la  rencontre. Miser sur l’amitié. Postuler sur le sort. Et, ipso facto, désigner ses amis, morts ou vivants. Montrer du doigt ses ennemis – en creux. Par symétrie.

 

« La bibliothèque devrait être le lieu le plus secret d’une demeure. Celui qui ouvre sur tous les passages secrets. Sur un monde de l’opposition et de la résistance. »

 

Voici la Famille de pensée du philosophe-voyou

 

--------------------------------

 

http://www.forget-me.net/Thoreau/

Le Philosophe-Voyou - Blog créé avec ZeBlog